La douleur

Publié le par Tibicine

La-douleur-copie.jpgLa douleur - Tibicine

  Il est des douleurs physiques insupportables
Qui fragmentent le souffle jusqu’à le couper
Rendant précaire la vie c’est indiscutable.
La douleur morale celle qui est née
Des blessures imposées, des deuils et de la lâcheté
Cette douleur-là se porte coincée à l’intérieur
Entre les larmes, la peine hébétée et la peur.
La solitude du désert rend l’horizon flou
Alors que se mouille encore une fois le front et les joues.

Korielle

 

Publié dans La poésie de Tibicine

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Piro 13/01/2014 22:49


Dessin très expressif. Je me répète mais c'est l'impression que me font tes dessins.

Elena 05/06/2013 12:54


Je suis de ton avis, j'espère que tu ne souffres pas tel que tu l'as écrit ? Je pense fort à toi. Je déménage de blog et je te laisse le lien : http://ecrits-elena.blogspot.fr


Bisous

Tibicine 28/06/2013 06:05



J'ai enregistré ton lien. J'y vais de ce pas. Merci à toi.



flipperine 28/05/2013 17:50


la douleur physique on peut la soigner mais la douleur morale fait encore plus mal et est plus dure à cicatriser et peut entraîner bien d'autres maux

Tibicine 28/06/2013 06:04



Absolument Flipperine ; Barbara l'illustrait fortement dans sa chanson 'le mal de vivre'. A bientôt



Suzâme 28/05/2013 07:50


Bonjour Tibi,


Comme je ressens cette page. L'écran vibre d'une émotion dont je reçois toute la déflagration. Il y a les blessures de sang et les blessures de solitude. Elles sont soeurs jusqu'à la mort. Je
t'embrasse. Suzanne

Tibicine 28/06/2013 06:03







Korielle 27/05/2013 13:37


Il est des douleurs physiques insupportables
Qui fragmentent le souffle jusqu’à le couper
Rendant précaire la vie c’est indiscutable.
La douleur morale celle qui est née
Des blessures imposées, des deuils et de la lâcheté
Cette douleur-là se porte coincée à l’intérieur
Entre les larmes, la peine hébétée et la peur.
La solitude du désert rend l’horizon flou
Alors que se mouille encore une fois le front et les joues.


Un petit extrait d'un long récit écrit durant mon séjour en cardiologie, je ne suis pas encore morte même si beaucoup m'ont déjà enterrée. Les petites
fées sont coriaces!!


 Je t'embrasse ma Tibi, prend bien soin de toi.

Tibicine 28/06/2013 06:03



Ah le petit coeur trop éprouvé ! Prends en soin ma douce.